Actualité Auto

Les voitures importées par les opérateurs particuliers: une solution coûteuse pour acheter une voiture

La crise qui frappe le secteur de l’automobile en Algérie a sérieusement impacté le marché de voitures neuves et même d’occasion, ce qui a engendré une pénurie et un déséquilibre entre l’offre et la demande, provoquant une flambée des prix des véhicules. En 2022, les concessionnaires automobiles attendent toujours de pouvoir reprendre leur activité, alors que les services concernés tardent à publier le nouveau cahier des charges régissant cette activité et à octroyer les agréments aux concessionnaires.

Au cours de ces dernières années, le rêve du citoyen algérien de s’offrir un véhicule neuf ou d’occasion s’étiole. Malgré cela, certains n’aiment que l’odeur du neuf, pour eux il n'est pas intéressant d’acheter d’occasion, alors, ils se dirigent vers les showrooms des opérateurs particuliers spécialisés dans l’achat de véhicules neufs à l’étranger et leur revente en Algérie, ces derniers proposent un large choix de véhicules neufs, mais à des prix très élevés.

Pour en savoir plus sur cette alternative coûteuse, notre équipe a visité quelques showrooms des vendeurs multi-marques, afin d'avoir une idée sur les prix proposés et les différents facteurs qui affectent ce type d'activité commerciale en Algérie.

La voiture neuve la moins chère coûte 300 millions de centimes de DA

Quelle est la voiture à carte grise "Safia" la moins chère à votre disposition ? Une des questions que nous avons posé à un spécialiste en véhicules neufs toutes marques, la réponse était toutefois attendue, les prix variaient entre 270 millions de centimes de DA et 300 millions de centimes de DA, cependant, ce qui n'était pas prévu, c'était les modèles proposés avec ces prix, des fois il s’agit même d’un véhicule d’entrée de gamme, par exemple on a trouvé une Suzuki S-Presso à 270 millions de centimes de DA et une Citroën C-Elysee à 295 millions de centimes de DA.

En effet, les voitures "low-cost" sont proposées au prix des voitures moyennes. Comment une C-Elysée 1.2 VTI peut-elle franchir la barre des 300 millions de centimes de DA ? D'autant plus que cette voiture était auparavant vendue en Algérie et faisait partie, à l'époque, des voitures à la portée de nombreux clients en raison de son bas prix.

Plusieurs facteurs que nous aborderons dans cet article répondront à cette question.

Des voitures de luxe, des voitures "low-cost" et des voitures moyennes


Lors de notre visite des showrooms de véhicules neufs importés par des particuliers, nous avons remarqué que ces opérateurs ont apporté une certaine modification à leur activité : autrefois, de nombreux modèles de différentes marques de luxe prenaient place dans ces showrooms, à l'instar d'Audi, Porsche et BMW, aujourd'hui, on trouve des voitures des marques Suzuki, Peugeot et Renault. Pourquoi ce changement radical des marques importées ?

"La raison est la dégradation du pouvoir d'achat", répond un des opérateurs particuliers activant dans l'importation des voitures neuves, "le client qui achetait une voiture Golf à 400 millions de centimes de DA auparavant, maintenant il achète une voiture Low-Cost", ajoute-t-il en expliquant que les prix des voitures neuves ont augmenté même dans leurs pays d'origine, ce qui a affecté négativement les prix des voitures neuves en Algérie.

"Nous importons des voitures à prix moyen et à bas prix pour attirer le plus grand nombre de clients", explique l'opérateur, la plupart des clients cherchent essentiellement des voitures neuves et pratiques, sans chercher les spécifications.

Les crises mondiales ont affecté les prix des voitures importées par les particuliers

Interrogé sur les raisons de la hausse des prix des voitures neuves importées par les particuliers, ces vendeurs citent, entre autres, "la dévaluation du dinar par rapport à l'euro" et "la hausse des frais des transports", c'est la même justification pour la hausse des prix appliquée récemment, cependant, pour la majorité d'entre eux, les prix ont été affectés par d'autres raisons qui concernent essentiellement les pays d'origine de ces voitures.

"En raison de l'augmentation des prix dans les pays d'origine, nous étions obligé à augmenter les prix en Algérie", explique l'un des opérateurs, en précisant que les prix des voitures ont connu des augmentations importantes dans leurs pays d'origine, en particulier en Europe, par exemple, le prix de la Golf 8 a augmenté d'environ " 1.000 Euros". C'est ce que nous avons pu confirmer à travers certains sites européens, comme Largus.

"Les délais de livraison dépassent les 06 mois, ce qui augmente la difficulté de fournir des voitures, et de les proposer pendant leur premiére année de circulation", indique un autre opérateur, révélant que les délais de livraison élevés sont dus au manque de production par les fabricants en raison de la pénurie de puces électroniques et de semi-conducteurs.

Tout cela a entraîné une augmentation significative des prix, en particulier des voitures européennes. Par exemple, le prix de la Golf GTD a passé de 950 millions de centimes de DA à 1.6 milliard de centimes de DA, la Leon de 640 millions de centimes de DA à 770 millions de centimes de DA, et la Caddy de 720 millions de centimes de DA à 770 millions de centimes de DA (Ces des prix des voitures avec carte grise Safia).

En effet, les vendeurs des voitures multi-marques en Algérie proposent une solution pour ceux qui veulent acheter une voiture neuve. En revanche, vue les prix très élevés des voitures proposées, l'absence de la garantie, l’indisponibilité de service après-vente qui se charge du suivi du véhicule après son achat par le client et l'achat dans le cadre des licences des anciens moudjahidines, cette solution ne conviendra pas à tout le monde. Alors, la meilleure solution pour le secteur de l’automobile en Algérie reste d'ouvrir la porte à l'importation officielle de voitures.

Rédacteur
Autobip a vocation à traiter et diffuser toute l’actualité automobile nationale et internationale à travers ses différentes rubriques

Articles similaires

Commentaires facebook