Actualité Auto

Le retard dans l'importation de véhicules neufs: les explications du ministre de l’Industrie

Dans une réponse écrite, datée du 13 mars 2022, adressée au député Laïd Lakhdari, membre du parti le Mouvement de la société pour la paix (MSP), qui s’est interrogé, dans une question écrite datée du 17 janvier 2022, sur les raisons du retard enregistré dans le processus de l’importation de véhicules neufs et le rêve des citoyens à acquérir un véhicule neuf, le ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar, a tenu à apporter des explications.

En effet, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a renvoyé le membre de l’APN aux dispositions du décret exécutif 20-227 du 19 août 2020 fixant les conditions et les modalités d’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules neufs, modifié et complété par le décret exécutif 21-175 du 3 mai 2021, qui est venu simplifier le dossier demandé et faciliter son étude par le comité technique mis en place, tout en insistant sur l’indépendance de ce comité qui agit en toute transparence.

Dans ce sillage, le ministre de l’Industrie a précisé qu'à ce jour, le comité a tenu 51 réunions, au cours desquelles 54 dossiers ont été étudié sur les 72 dossiers déposés par les concessionnaires et qui concernent les différentes activités, à savoir: les véhicules touristiques et utilitaires, les camions, les tracteurs, les bus, les fourgonnettes, les engins roulants et les motos.

Selon le ministre, le comité technique n'a encore accordé aucun agrément en raison de nombreuses réserves émises, cependant, les concessionnaires ont été avisé afin de soumettre les pièces complémentaires requises afin de compléter l’étude des dossiers.

Dans ce sens, M. Zeghdar a fait savoir que 9 de ces dossiers ont fait l’objet de réserves. Des notifications ont été adressées aux concernés afin de pouvoir lever ces réserves, et l’étude de leurs dossiers sera reportée jusqu’à ce que les compléments d’information demandés aux concessionnaires soient fournis, tandis que les dossiers restants ont obtenu un avis défavorable.

En outre, le ministre a précisé que ces réserves portent sur les infrastructures nécessaires à l’exercice de cette activité, telles que les showrooms et les espaces de stockage, notamment au regard de leur nature juridique, M. Zeghdar a souligné qu'il est déraisonnable d’accorder un agrément pour l'exercice de cette activité commerciale sur des terres agricoles.

Enfin, le ministre de l’Industrie a tenu à rassurer que les agréments seront accordés dès qu’un avis favorable sera émis par le comité technique qui travaille à un rythme proportionnel à l’importance des dossiers déposés.

Rédacteur
Autobip a vocation à traiter et diffuser toute l’actualité automobile nationale et internationale à travers ses différentes rubriques

Articles similaires

Commentaires facebook