Actualité Auto

Importation des voitures: onze mois sans aucune voiture neuve

Environ un an s'est écoulé depuis la première annonce concernant la décision d’autoriser l’importation des voitures touristiques neuves par les concessionnaires automobiles, exactement onze mois. Au cours de ces mois, plusieurs échanges à ce sujet ont eu lieu, ainsi que de nombreuses décisions, déclarations et nominations, cela aurait été bénéfique pour l’activité d'importation de voitures, mais malheureusement, aucun progrès tangible n'est intervenu concernant les voitures neuves ou les nouveaux concessionnaires automobile.

Mai 2020: le coup de sifflet de départ

Le 5 Mai 2020, le conseil des ministres a décidé d’annuler le système préférentiel d'importation de kits SKD / CKD pour l’assemblage automobile, et d’octroyer des licences aux concessionnaires automobiles pour l'importation de véhicules touristiques neufs, et ce, dans l'objectif de relancer le marché automobile en Algérie.

Cependant, un mois après l'annonce de la décision d’autoriser l’activité d’importation des voitures touristiques neuves par les concessionnaires automobiles, des nouvelles taxes sur les véhicules neufs importés ont été appliqués, un peu plus élevées par rapport aux taxes précédentes. Ces nouvelles taxes ciblent essentiellement l'importation des voitures de luxe en fonction de la motorisation, afin de privilégier les voitures qui disposent d'un petit moteur avec des prix moyens.

Par la suite et dans le cadre de la réglementation et législation algérienne en vigueur, un nouveau cahier des charges, fixant les conditions et les modalités d'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs, doit être établit par le ministère de l'Industrie, dans le but de relancer le secteur automobile et d'éviter les aspects négatifs des pratiques précédentes, mais !!

Cahier des charges relatif à l’importation de voitures : le début de la crise ?

Le nouveau cahier des charges régissant l’activité de concessionnaires automobile a généré une grande polémique, vue les délais dépassés -selon les différentes déclarations-, afin de révéler ses détails et à cause de son contenu, critiqué par de nombreux concessionnaires et experts économiques.

La révélation du contenu du nouveau cahier des charges a nécessité deux moi, malgré des déclarations antérieures indiquant que les textes réglementaires liés au dossier de retour à l'importation de voitures sont prêts, cependant, les concessionnaires souhaitant exercer cette activité ont dû attendre jusqu'au mois d’août 2020, date de publication du cahier des charges relatif aux conditions et aux modalités d’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules automobiles, remorques et semi-remorques neufs, au Journal officiel de la République algérienne.

Après une longue attente, les personnes concernées par le cahier des charges ont pu finalement le consulter, cependant, certains articles ont provoqué de mauvaises surprises, tels que la propriété obligatoire de concessionnaire pour la salle d'exposition d'une superficie d'au moins 1.000 m2, en plus de certaines spécifications techniques de la voiture. En revanche, les étrangers ont été exclus de cette activité, ils se trouvent obliger à l’exercer avec un partenaire résident algérien.

En prenant en compte les conditions citées ci-dessous, considérées par de nombreux concessionnaires comme étant très difficiles à mettre en œuvre, on peut dire qu’elles ont contribué à faire fuir les nouveaux investisseurs et à faire peur aux citoyens vue l'impact de ces conditions sur le prix final de la voiture.

En septembre 2020, une plateforme numérique pour la préinscription électronique des concessionnaires de véhicules neufs a été lancée, en novembre 2020, un comité ministériel chargé d’étudier et de suivre les dossiers relatifs à l’exercice, à l’organisation et au fonctionnement de l'activité de concessionnaire de véhicules neufs a été installé afin d’accorder les agréments provisoires et définitifs aux concessionnaires.

La plateforme numérique et le comité chargé d’étudier les dossiers: parmi les raisons de la perturbation du processus d'importation de voitures

Le lancement de la plateforme numérique pour la préinscription électronique des concessionnaires de véhicules neufs a nécessité un mois, la réception des demandes des concessionnaires ayant commencé le 20 septembre 2020, et comme prévu, de nombreux concessionnaires se sont précipités afin de bénéficier de la représentation exclusive des marques et d’accomplir la procédure de préinscription sur cette plateforme, à condition qu'ils seraient contactés ultérieurement pour soumettre des copies papier de leurs dossiers, en vue d’obtenir les agréments provisoires.

En effet, un nombre considérable des concessionnaires automobiles ont accompli la procédure de préinscription électronique sur la plateforme numérique, environ 227 enregistrements. D’autre part, le ministère de l’industrie a reçu 96 dossiers et le comité technique a entamé l’étude de ces dossiers juste après son installation en novembre 2020, soit un mois après le début de la réception des préinscriptions sur la plateforme numérique. Ce qui a aboutit à une année 2020 blanche pour le secteur automobile.

De mai 2020 jusqu’à la fin novembre 2020, environ six mois, c’est le délai nécessaire pour lancer effectivement le processus de pré-importation, représenté ici par les agréments provisoires pour les concessionnaires, ceci est dû essentiellement au retard dans la publication du cahier des charges, retard dans le lancement de la plateforme numérique et le retard dans la formation du comité d'étude des dossiers.

L'année 2021: une lueur d'espoir provisoire pour le processus d'importation automobile

En janvier 2021, les premiers concessionnaires automobiles ont obtenu leurs agréments provisoires, au nombre de 4, puis ils sont passés à 7 puis à 9 concessionnaires en février 2021. L'identité des concessionnaires ayant obtenu les agréments provisoires restent toujours inconnue, le ministère de l'Industrie et même les concessionnaires eux-mêmes n’ont pas révélés l’identité des bénéficiaires, toutefois, ces agréments provisoires ont donné une lueur d'espoir concernant le processus d'importation des voitures et la date de début d’activité.

L'ancien ministre de l'Industrie, M. Ferhat Ait Ali avait déclaré que le nombre de concessionnaires pourra augmenter, et que leur identité sera révélée prochainement, mais le nouveau remaniement ministériel qui a touché le ministère de l'Industrie a conduit à une confusion, laissant la possibilité d’une longue attente avant l’entrée de nouvelles voitures en Algérie.

Le remaniement ministériel apporte quelque chose de nouveau au secteur automobile

Le nouveau remaniement ministériel a soulevé de nombreuses questions sur le dossier des importations de voitures. M. Mohamed Pacha, le nouveau ministre de l’Industrie, va-t-il accélérer le rythme des procédures entamées par le ministère de l’Industrie concernant ce dossier ? Les articles du cahier des charges seront-ils modifiés ? Le processus d’octroi des agréments se poursuivra-t-il normalement ?

Heureusement, ces questions ont récemment reçu une réponse de la part du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, et de la part du ministre de l’Industrie, M. Mohamed Pacha, qui a proposé des modifications sur le décret exécutif n ° 20-227 du 19/08/2020, régissant les conditions et les modalités d'exercice de l'activité de concessionnaires automobiles.

Ces modifications sont proposées pour simplifier et harmoniser les exigences de portabilité dans le but d'encourager la concurrence et la transparence, en facilitant les démarches administratives requises pour obtenir l'agrément pour exercer cette activité.

Le dossier de l’automobile sera réglé durant le premier semestre et la grande importance des voitures économiques et respectueuses de l'environnement

Le dossier de l’automobile sera réglé au cours du premier semestre de l’année 2021, c'est-à-dire avant la fin du mois de juin 2021, selon les déclarations du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, qui a également donné des instructions importantes sur les voitures importées lors du conseil des ministres.

Le président de la République a insisté sur le fait que que la cylindrée des voitures importées par les concessionnaires ne dépasse pas 1,6 litre, en plus d'allouer une part de 15% du total des voitures importées aux véhicules électriques, et la réduction au minimum d'importations de voitures diesel. .

En tenant compte de ces informations, la possibilité d'adopter un système de quotas dans l'importation de voitures est de retour, ce qui aura un impact négatif sur les prix des voitures importées, selon les déclarations de la plupart des concessionnaires, mais rien ne peut être considéré comme fiable et exécutoire jusqu'à la publication du cahier des charges.

Des mesures de facilitations pour les concessionnaires

Comme la plupart d’entre nous le savent, le cahier des charges était un peu difficile pour les concessionnaires, notamment l’article stipulant la propriété obligatoire de concessionnaire pour la salle d'exposition et les différentes démarches administratives pour l’obtention de l’agrément d’importation.

Le dossier a été simplifié en supprimant un nombre considérable de documents requis dans le dossier administratif stipulé et en les remplaçant par un seul document, cela s'ajoute à l'annulation de l’agrément provisoire pour obtenir l’agrément final avec une période de validité de deux (02) ans fixés pour l'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs.

Onze mois sans aucune voiture neuve

Suite à toutes ces décisions et ces processus qui visent essentiellement à relancer le marché automobile en Algérie, et après onze mois, le citoyen algérien ne trouve toujours pas de voiture neuve pour l’acquérir, et reste sans aucune vision futur sur une éventuelle date de disponibilité.

De plus, ces récentes modifications du cahier des charges retarderont encore un peu le processus d'importation, et cela en attendant la publication du cahier de charges modifié, son examen par les concessionnels et le dépôt des nouveaux dossiers, en plus d'autres mesures, mais cela peut être l’inverse si le rythme s'accélère: en publiant le cahier des charges rapidement au journal officiel et étudiant rapidement les dossiers des concessionnaires.

Cet article était un résumé des points les plus importants relatifs au processus d'importation des voitures, afin de vous donner une idée sur ce qui se passe dans ce secteur et quelles sont les raisons du retard qui ont épuisé de nombreux citoyens et les ont éloignés de leur rêve d’acquérir une voiture neuve, et qui ont été la cause de la crise du marché automobile.


Rédacteur
Autobip a vocation à traiter et diffuser toute l’actualité automobile nationale et internationale à travers ses différentes rubriques

Articles similaires

Commentaires facebook