Actualité Auto

Importation/ Construction automobile: le dossier sera tranché avant la fin du 1er trimestre 2022

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a évoqué, lors de son entrevue périodique avec des représentants de la presse nationale, le dossier de l’importation de véhicules neufs et de la construction automobile en Algérie.

Le dossier des véhicules en Algérie sera tranché prochainement

Lors de cet entretien, le Président Tebboune a indiqué que le dossier des véhicules en Algérie sera tranché avant la fin du premier trimestre en cours.

Pour rappel, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zaghdar, a récemment révélé que les nouveaux cahiers des charges régissant les activités d’importation de voitures neuves et de construction automobile en Algérie sont prêts et qu'ils seront publiés prochainement.

Pas d'importation des véhicules sans la garantie d'un service après-vente

Concernant l'importation des véhicules, le président de la République a relevé "la possibilité" d'importer à condition que "les concessionnaires comprennent que les anciennes pratiques ne sont plus tolérées", citant, entre autres comportements, la non-garantie des pièces de rechange par une grande firme européenne qui commercialisait ses véhicules en Algérie.

Ainsi, selon le Chef de L’État, la garantie d'un service après-vente sera "obligatoire dans le nouveau cahier de charges" qui interdira l'importation à toute personne ne disposant pas de contrats ou de locaux pour garantir ce service.

Le président de la République a précisé que les importateurs doivent répondre à certaines conditions, dont la disponibilité des locaux ainsi que des ateliers assurant un service après-vente de qualité, qui doit couvrir au moins la moitié des wilayas ou bien les grandes wilayas.

L'expérience du montage de véhicules en Algérie a échoué, le dossier est "très compliqué"

Le Président Tebboune a qualifié le dossier des véhicules en Algérie de "très compliqué", notamment après l'échec de l'expérience du montage de véhicules qu'a vécue l'Algérie durant les dernières années. "Un seul opérateur nous a fait perdre plus de 3,5 milliards USD", a rappelé le Président Tebboune.

"Le montage escompté devrait, à l'inverse de l'importation déguisée pratiquée auparavant, permettre d'amorcer une véritable industrie où les taux d'intégration ne doivent pas être inférieurs à 30 ou 40%", a fait remarquer le Président Tebboune.

Pour M. Tebboune, l'Algérie devra vite aller vers une véritable industrie mécanique, notamment en encourageant et en développant des usines de fabrication de la pièce de rechange.



Rédacteur
Autobip a vocation à traiter et diffuser toute l’actualité automobile nationale et internationale à travers ses différentes rubriques

Articles similaires

Commentaires facebook